L’embargo de l’Europe contre la Russie

L’embargo de l’Europe contre la Russie

L’embargo de l’Europe contre la Russie
Des menaces  d’embargo ont été lancées contre la Russie  si elle refuse de  reconnaître que l’Ukraine peut se développer sans l’aide de quiconque, encore moins celle de la Russie. 

Pourquoi cet embargo ?

Des régions se sont révoltées et se proclament indépendantes en votant le rattachement à la Russie. La crise diplomatique internationale s’est renforcée par la reconnaissance de ces rattachements par la Russie, puis amplifiée par l’abattement d’un vol Malaysia Airlines près de la frontière russe. L’UE aurait préféré que la Russie ne reconnaisse pas les actes révolutionnaires de certaines régions ukrainiennes, et pour en finir elle a pris la décision de mettre en exécution les menaces d’embargo. 

un-embargo.jpg

Concrétisant l’embargo, les pays membres de l’UE sont interdits d’investir dans les régions de Crimée et Sébastopol notamment dans les domaines de transport, de l’énergie et de télécommunications, de l’exploitation de gaz, du pétrole et des ressources minières. La crise a été déclenchée au mois de novembre 2013.     .  

Quelles conséquences pour l’économie européenne ?

L’embargo a fait chuter les exportations allemandes vers la Russie ode l’ordre de 20 % au premier semestre 2014, contribuant à un ralentissement de la croissance allemande. Selon diverses estimations, près de 100 000 emplois dépendent en effet des échanges commerciaux avec la Russie. Un contrat militaire de 100 millions a été rompu à Berlin.  Il paraît que l’embargo contre la Russie a signé le grand retour de la guerre froide.  Les exportations françaises vers la Russie sont menacées, les industriels risquent l’engorgement sur le marché européen, 

les-exportations.jpg

Pour répondre à l’embargo occidental  pour avoir été responsable dans la crise ukrainienne, Moscou a déclenché à son tour le 6 août un « embargo total » de la majeure partie des produits alimentaires originaires de l’Union Européenne et des Etats-Unis. Par conséquent, pour entretenir le secteur maraîcher de l’UE affecté par cet embargo russe, 125 millions d’Euros devaient être débloqués d’urgence. Un conseil de crises de ministres de l’agriculture s’impose. La liste des conséquences néfastes n’est pas exhaustive.